Délégationde la Gironde

Paroles de…

Retour de mission en Haïti

Du 2 juin au 13 juin 2017, huit femmes, de parcours et de générations différentes, sont allées en mission auprès de la communauté de Saint-Joseph de Cluny et des sœurs de la commune de Jacmel, à Haïti.

Retour de mission en Haïti

publié en juillet 2017

Un partenariat existe depuis 2014 entre la communauté des sœurs de Jacmel et les trois délégations du Secours Catholique d’où sont issues les participantes à cette mission de juin 2017 à Haïti : Pays de l’Adour (départements des Landes et des Pyrénées-Atlantiques), Périgord Agenais (départements de la Dordogne et du Lot-et-Garonne) et Gironde. La mission consistait à relancer et à évaluer le partenariat avec la communauté et ses associés et à en être le relais auprès du réseau de bénévoles du Secours Catholique.

C’est une aventure humaine extraordinaire des huit femmes qui composent le groupe :

  • Marine est la cheffe de la mission et animatrice de la délégation du Périgord Agenais.
  • Loïs est graphiste et volontaire civique à Pau, dans la délégation des Pays de l’Adour.
  • Ludiwine est une bénévole dans le Périgord Agenais.
  • Éliane est vice-présidente de la délégation des Pays de l’Adour.
  • Aline est bénévole dans l’équipe de Biganos, en Gironde.
  • Nicole est une bénévole du Groupe Rencontres et Partages (GRP) à Saint-André-de-Cubzac en Gironde.
  • Anne-Marie est une bénévole dans les Landes.
  • Nelly est une bénévole et la référente Solidarité internationale dans le Périgord Agenais.

Une mission humaine pour renforcer les liens

En 2014, des sœurs de Jacmel avaient été accueillies chez Nicole à Saint-André-de-Cubzac, en Gironde. Une première mission a été effectuée à Haïti dans le cadre du partenariat. En 2017, il s’agissait de faire un bilan avec la communauté là-bas sur les avancées des actions mises en place dans le cadre du partenariat. « L’objectif principal de cette mission est d’animer nos réseaux de bénévoles concernant la solidarité internationale. »

C’était la première mission à Haïti pour toutes sauf pour Éliane qui, dans le cadre du partenariat, était déjà allée rencontrer les sœurs. « C’était le rêve pour certaines de partir là-bas. » « C’est un aboutissement » pour Nicole.

« La première mission n’avait duré que dix jours dont quatre à Jacmel, celle-là a duré plus longtemps pour nous permettre justement d’approfondir les liens et de découvrir d’autres choses. » Elles retiennent une expérience riche et positive : « Ça n’a été que positif. » « On a rencontré des gens extraordinaires. C’était un bon moyen pour renforcer les liens. » « De belles rencontres, des temps très forts avec les personnes rencontrées. C’est une très belle expérience. » « Je dirais aussi un accueil chaleureux. » « On a senti qu’elles s’exprimaient en toute sincérité, c’était important dans notre objectif de faire le point. Les sœurs faisaient tout pour que l’on soit bien, que l’on ne manque de rien. »

« Nous nous sommes formidablement bien entendues en plus. Dans un groupe de huit personnes il faut le faire. » « Il y a eu une belle entraide et de belles attentions portées. Les différences ont enrichi le groupe. »

Deux mondes différents

Les participantes nous en disent un peu plus sur la vie là-bas et le déroulement de la mission auprès de la communauté de Cluny : « J’ai été frappée par la densité de la population. Il y a énormément de gens partout et la vie se passe dans la rue. Beaucoup de jeunes sont dans la rue. » « Je pense que certaines personnes vivaient dans le magasin parce qu’elles n’avaient pas maison. »

« Ce qui est interpellant, ce sont les déchets, les bidonvilles et les routes en mauvais état. »

Elles ont fait des découvertes : « On a fait de belles découvertes artistiques avec des masques et des peintures pour le carnaval. C’est vraiment beau. Ils sont doués. » « Une particularité à Jacmel c’est qu’il y a des mosaïques magnifiques qui sont entièrement réalisées par des enfants avec des matériaux de récupération. »

Quelques anecdotes les ont marquées : « Il n’y a pas de code de la route. Ils conduisent au klaxon. » « À partir de midi, les gens disent “bonsoir”. » « Ils utilisent beaucoup la mangue et les fruits en général, pour les cheveux, pour le corps. »

Un nouveau groupe de voyage à Haïti

En juillet-août 2017, un groupe de jeunes Club Caritas de la délégation de la Gironde ira retrouver la communauté des sœurs de Cluny et des anciennes lycéennes de l’école afin de coanimer un camp de vacances pour des enfants d’un quartier défavorisé de Jacmel.

Merci à vous toutes pour votre témoignage.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne