Délégationde la Gironde

La Rencontre des familles : témoignages

Du 25 au 30 octobre, trente personnes ont accompagné la petite équipe de la délégation de Gironde du Secours Catholique à la cité Saint-Pierre, à Lourdes, pour participer à la Rencontre des familles. Parmi elles, Isabelle et Laure, toutes deux venues avec leurs enfants, et engagées au sein du Secours Catholique.

©: Elodie Perriot/Secours Catholique

publié en décembre 2015

Tandis que Laure participait aux ateliers d’échanges du matin, Isabelle accompagnait, avec d’autres, les enfants de 3 à 5 ans dans des activités. Isabelle résume cette expérience d’une formule, « J’ai beaucoup appris des enfants », et d’ajouter : « j’ai appris de leur capacité à aller vers l’autre sans barrières ». Elle dit avoir retiré de ce partage avec les enfants de « l’humilité » et un sentiment « d’apaisement ».

Laure a apprécié le temps passé en groupe de discussion : pouvoir « échanger, réfléchir sur certains principes… développer des opinions ». Elle parle d’une « gymnastique de l’esprit ». Elle dit avoir vécu, le temps de cette rencontre, « la réalisation d’une utopie ». Laure y a vu la preuve qu’« aller vers l’autre avec simplicité, c’est possible, l’humain n’est pas mort. »

Toutes deux mettent en exergue l’esprit d’ouverture et de solidarité qui régnait durant cette rencontre. Notamment quand il a fallu se partager la garde des enfants de deux mamans, afin que celles-ci puissent trouver le temps de respirer.

Ce qu’il leur reste de ce moment privilégié

« Je suis revenue de ce séjour épanouie dans ma foi et le partage avec les autres », confie Isabelle. De son côté, Laure en est ressortie confortée dans sa conviction « que les personnes de bonne volonté ne manquent pas » et « qu’un autre monde est possible ».

Elles expriment, l’une comme l’autre, des attentes et des envies pour la suite. Isabelle forme le vœu de « retrouvailles avec tout le groupe de la Gironde », et souhaiterait que cette expérience « puisse être proposée à ceux qui n’ont pas eu la chance d’être là ». Laure voudrait pouvoir s’investir dans des projets concrets comme ceux évoqués lors des ateliers.

« Recommencer », « garder le lien fraternel », s’assurer que « ce qui a été vécu ensemble peut l’être ailleurs qu’à la cité Saint-Pierre ». Telles sont certaines des aspirations qui animent ces deux mamans et qui illustrent que la flamme de Lourdes continue de brûler dans leurs cœurs.

de Thierry Gouget de Casteras

Imprimer cette page

Faites un don en ligne